Conseils et tutos

Comment lutter face à la chaleur en triathlon ?

Si terminer un triathlon n’est déjà pas une mince affaire, le terminer sous une forte chaleur l’est encore moins. Après une natation au « frais » dans l’eau, le vélo et la course à pied viendront vous sécher et le sel de l’eau de mer sera remplacé par celui de votre transpiration. Comment éviter l’insolation, le coup de chaud sur un triathlon ? Cassandre Beaugrand, Léonie Périault et Dorian Coninx, médaillés de bronze sur l’épreuve de Triathlon Relais mixte des Jeux Olympiques de Tokyo et ambassadeurs Zéfal, nous livrent leurs astuces. 

S’adapter et se protéger de la chaleur

Pour Dorian, « L’acclimatation et l’hydratation sont les deux éléments les plus importants pour supporter la chaleur ! », il est vrai que le combat face à la chaleur commence bien avant le jour de la compétition en s’acclimatant à la pratique d’efforts sous la chaleur les jours et semaines précédents votre triathlon. Pour cela, nos trois triathlètes simulent les conditions de chaleur et d’humidité qu’ils rencontrent sur certaines épreuves, comme celle des JO, dans la thermo-room du CREPS de Montpellier pour Cassandre et Léonie, et dans sa salle de bain pour Dorian. Le reste du temps, Léonie préconise de « s’hydrater davantage et de se reposer dans des endroits frais. ».

Le jour J, Cassandre conseille « d’être vigilant aux expositions en ayant le souci de ne pas être au soleil avant la course », vous aurez tout le temps de prendre le soleil durant l’épreuve. Elle expérimente, aussi, l’utilisation du menthol « qui apporte des propriétés rafraîchissantes pour affronter la chaleur ».  

Une fois le départ lancé et la section natation terminée, « l’apport de sodium dans votre bidon peut apporter des solutions », votre corps en transpirant élimine du sel, le sodium de votre boisson limitera le risque de déshydratation et de crampes. 

Cassandre est prête à affronter la chaleur du sud de la France !

Le bidon isotherme Arctica, un allié important 

Reste que le contenu de votre bidon doit rester frais entre le moment où vous déposez votre vélo au parc fermé et la sortie de la natation, période plus ou moins longue suivant le format de votre triathlon, mais une période suffisante pour réchauffer votre boisson. 

Pour pallier ce problème de maintien de la température de la boisson, Cassandre s’est lancée dans la recherche d’un bidon « léger et permettant de protéger le contenu de mon bidon des températures extérieures. »

 « J’ai essayé différents types de bidon isotherme en vue des courses que j’allais avoir dans des conditions chaudes. C’est avec l’Arctica Pro que j’ai eu les meilleurs résultats. » C’est comme cela que Dorian Coninx a découvert et choisi le bidon isotherme Arctica Pro. Un bidon remplissant, aussi, les critères fixés par Cassandre Beaugrand :  « Traditionnellement, les bidons isothermes sont lourds et peuvent s’avérer gênants à vélo (maintien difficile sur le porte-bidon). Le bidon Arctica est léger et me permet de profiter des propriétés de conservation d’un bidon isotherme traditionnel. »

Le système isotherme multicouche de l’Arctica Pro permet de maintenir votre boisson à bonne température durant 2h30, de quoi s’assurer d’avoir sa boisson fraîche lors de la section vélo de votre triathlon. Fini la sensation désagréable de boire une boisson chaude sous 30° à l’ombre !  Le système Pro Cap garantit l’étanchéité du bidon et sa tétine soft donnera une sensation agréable en bouche.

Les deux capacités proposées, 55 et 75 Cl, vous permettront de définir la quantité d’eau nécessaire suivant la distance de votre section vélo et de répartir dans chacun des bidons le type de boisson souhaité.

S’il n’est qu’un facteur parmi d’autres dans la lutte face à la chaleur, les moments de rafraîchissement offert par l’Arctica Pro durant la section vélo de votre triathlon feront peut-être la différence dans la réussite de votre course à pied et de votre objectif.  

Léonie_Periault_Arctica_Pro

Obligatoire en période de canicule.